Les finances de l’indépendant

L’équation des finances de l’indépendant est simple: s’il y a du travail, il y a de l’argent; s’il n’y a pas de travail, il n’y a pas d’argent.

Parfois, il y a trop de travail et pas assez d’argent — ça, c’est un problème de tarification, dont on parlera une autre fois.

Ce qui m’intéresse juste maintenant c’est l’impact qu’a cette équation sur certaines négociations client. En effet, pour le client généralement salarié, le salaire tombe à la fin du mois, qu’il avance ou non sur tel ou tel projet, qu’il soit en vacances, surchargé, ou un peu désoeuvré.

Les discussions sans fin avant la conclusion d’un mandat ou le démarrage d’un projet laissent souvent l’indépendant « dans les limbes ». Est-ce que je dois garder du temps pour ce client? Est-ce que je dois dire non à cet autre client potentiel, du coup? Est-ce que ça va se matérialiser?

On fait donc des pronostics, des prévisions. OK, celui-ci a l’air solide, je vais dire à l’autre que je ne pourrai donc pas démarrer avant juin. Ou au contraire: ça traine, je vais donc continuer à prospecter et ne pas trop compter dessus.

A la clé, pour ceux qui vivent un peu au mois par mois: est-ce que ça va aller pour payer le loyer et les charges dans 2 mois?

Souvent sans certitudes, on doit parier. Et du côté du client, on sent bien que l’enjeu n’est pas le même. Ah oui, en fait, ce gros projet qu’on voulait démarrer avec vous le mois prochain, on va repousser de 6 mois, c’est pas grave, hein? Mais non, bien sûr, je vais payer mes factures avec mon temps de libre, voyons. Ou bien: on aimerait que vous bloquiez une semaine de votre temps pour nous dans 2 mois même si votre offre ne nous convient pas. Nous aussi on fait des heures sup’ non payées, vous savez.

Un retour en arrière quand les négociations semblaient avancer solidement, ça revient à tirer le tapis de sous les pieds de l’indépendant, littéralement, et le laisser trop souvent avec rien, un manque à gagner sec.

Certes, on devrait avoir 3 à 6 mois de « tapis » financier pour les coups durs, et facturer assez pour « absorber » toute cette énergie perdue en négociations qui finalement ne mènent nulle part… mais la réalité est que grand nombre d’indépendants sont bien plus fragiles financièrement que ça.

Autre plaie: le travail en amont. Faites-nous donc une proposition détaillée puis on regardera si on peut travailler ensemble. Je sais qu’il y a des personnes qui fonctionnent comme ça, qui passent un temps fou à préparer des pitches et des propositions non payés et qui débouchent souvent sur rien — c’est plus courant dans certains domaines que d’autres. Ou des fois, c’est carrément: ah, commencez déjà le travail, puis on verra…

Entre le client-entreprise et l’indépendant, le rapport de forces est très inégal, et j’ai l’impression que souvent l’entreprise n’en a absolument pas conscience.

Une réflexion au sujet de « Les finances de l’indépendant »

  1. Elisabeth Stoudmann

    Entièrement d’accord avec toi. Dans mon cas, ça se passe bien avec la plupart de mes clients, mais quand ça commence à partir en vrille, c’est exactement tout ce que tu dis là. Avec en prime parfois un manque de respect, « on prend, on jette ». Les lois et les raisonnements de la boîte ou de la compagnie avec qui l’on est en discussion sont omnipotents et nous, les indépendants, on n’a qu’à dire merci et prendre nos cliques et nos claques…

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s