Quel succès! Questions d’équilibre…

L’eclau compte actuellement une quinzaine de membres (dont près d’un tiers se sont inscrits au cours du dernier mois). Et vu l’intérêt soutenu pour l’espace coworking lausannois (presse, e-mails, téléphones, visites et journées d’essai) ça risque encore d’augmenter.

Je m’en réjouis!

Durant longtemps, quand on me demandait combien de membres maximum pouvait contenir l’eclau, je répondais que je n’avais pas de limite fixe, parce que ce qui était important, c’était surtout le taux d’occupation. Huit membres qui sont là 40 heures par semaine, ou quinze membres qui viennent une ou deux fois par semaine… vous voyez ce que je veux dire. Mettre une limite rigide n’a pas forcément de sens.

L’eclau n’a de loin pas atteint son taux d’occupation maximal.

Par contre, il y a une autre variable dont je dois commencer à me préoccuper: la taille de la communauté. M’inspirant de Citizen Space à San Francisco, je tiens à ce que l’eclau reste un espace à taille humaine. Lorsque le nombre de personnes qui fréquentent un lieu dépasse un certain seuil, un certain degré d’impersonnalité s’installe: parmi les gens qu’on croise au bureau, il y a des « étrangers », des personnes que l’on ne connaît pas (ou pas encore). Et ça change l’atmosphère.

Ces temps à l’eclau, comme il a y a relativement beaucoup de nouveaux venus, je suis régulièrement témoin de « premières rencontres », même si je prends soin de présenter « les nouveaux » via la mailing-liste. Ce haut taux de « premières rencontres » est normal vu la proportion de nouveaux membres et je ne m’en inquiète pas (d’ici quelques semaines tout le monde aura rencontré tout le monde, enfin j’espère) mais ça m’a rappelé de me préoccuper un peu de la taille de la communauté qui fréquente l’eclau.

Si la demande reste stable, il est temps que je réfléchisse à mettre en place des mesures (ouille, mot effrayant) pour éviter que l’eclau ne courre le risque d’être victime de son propre succès. Nulle raison pour les membres actuels de s’inquiéter: a priori ces mesures ne toucheront pas les membres existants, et pour le moment je ne fais que réfléchir à voix haute.

Voici quelques idées qui pourraient être implémentées à partir d’un certain seuil (pas forcément le même):

  • imposer 6 mois d’engagement aux nouveaux arrivants: c’est déjà ce que j’encourage, pour plusieurs raisons (stabilité financière, moins de « churn », moins d’administratif), mais cela pourrait devenir obligatoire
  • imposer 6 mois d’engagement uniquement aux nouveaux membres volants (et pas aux membres fixes)
  • ne plus accepter de nouveaux membres volants tout court: la quasi-totalité des membres de l’eclau sont des membres volants — on pourrait donc imaginer mettre un numerus clausus sur les membres volants (liste d’attente)
  • ne plus accepter de nouveaux membres
  • augmenter les tarifs (ouille!)
  • supprimer la formule membre volant à 100.- (pas pour les membres existants, bien sûr)
  • supprimer la formule membre volant à 150.-: du coup, les personnes désirant pouvoir laisser du matériel sur place devraient devenir membres fixes
  • demander aux futurs membres d’écrire une lettre de motivation🙂
  • faire commencer les membres fixes avec un mois d’essai (payé), comme à Citizen Space

Vous voyez d’autres idées? Certaines vous inspirent réflexion?

Je répète (aux inquiets éventuels) que ce ne sont pour le moment que des idées🙂

Update: j’ai rajouté 2-3 trucs en fin de liste, et risque d’en mettre d’autres au fur et à mesure…

13 réflexions au sujet de « Quel succès! Questions d’équilibre… »

  1. Joelle

    Alors voilà mon avis:

    Pourquoi pas:
    * imposer 6 mois d’engagement aux nouveaux arrivants (tous)
    * demander aux futurs membres d’écrire une lettre de motivation🙂
    * faire commencer les membres fixes avec un mois d’essai

    Non:
    * ne plus accepter de nouveaux membres
    * augmenter les tarifs
    * supprimer la formule membre volant à 100.-
    * supprimer la formule membre volant à 150.-
    * ne plus accepter de nouveaux membres volants tout court

    Ca permettra peut-être d’avoir des gens qui réfléchissent plus avant de venir, donc avec plus de stabilités dans les membres.

  2. Stephanie Booth Auteur de l’article

    Merci pour ton commentaire! Complètement d’accord avec toi qu’on n’en est pas au point de mesure « drastiques » comme ne plus admettre de nouveaux membres ou supprimer des formules.

    Je me pose cependant la question (surtout après avoir ré-étudié les tarifs de Citizen Space) suivante: peut-être les tarifs pour membres volants ne sont-ils pas assez chers, comparé à membre fixe? 100.-/200.- ou bien 150.-/200.- plutôt que 100.-/150?

    C’est important que l’eclau reste abordable, mais en même temps j’ai l’impression qu’il y a un trop gros fossé entre les deux formules. Les formules « volantes » me semblent presque trop attractives par rapport à la formule fixe.

  3. MAJOIS

    Bonjour,

    Je viens de découvrir le concept de coworking avec l’espace Citizen Space, et de ce fait votre lieu sur Lausanne. Je tiens à vous féliciter pour lieu. J’ai moi même travailler pour développer un projet de Centre d’affaire de nouvelle génération, après avoir longtemps travailler dans un cybercafé ou j’organisais des évènements et privilégiais une clientèle d’indépendants recherchant ce type d’espace pour travailler. Depuis quelques mois j’effectue une étude portant sur l’évolution des médias sociaux pour compléter le projet initial. Avec ce nouveau concept de coworking, il me semble évident que mon expérience pourrait vous permettre de faire évoluer votre concept, je reste donc à votre disposition et ne manquerais de venir découvrir votre lieu dans les prochaines semaines.

  4. Emmanuel

    Sujet intéressant🙂
    Etant relativement nouveau je vais m’abstenir de donner un avis trop tranché… juste quelques impressions
    1. La lettre de motivation, cela fait un peu trop « club fermé » / bizutage… Thumb down
    2. Le tarif de 100.- m’est effectivement apparu comme terriblement sexy. Bon après si c’est pour venir 2x par mois comme dans mon cas, c’est déjà moins sexy😉 Mais à priori « thumb up » pour augmenter le tarif (aie la belle balle dans le pied!). Certainement le moyen le plus efficace de limiter la demande si tel est le souçis…
    3. J’essaie de réfléchir à une solution « plus juste » qui adapterai le pricing en fonction de l’utilisation réelle, mais je n’en vois aucune de simple… Car effectivement mieux vaux un membre volant « fantôme » à 100.- / mois qu’un « incrusté » à 150.-😉
    4. Le côté « nombreuses nouvelles présentations » ne me dérange pas, au contraire j’aime l’idée d’un « brassage » de gens et d’idées, pour autant que les personnes restent « eclau-compatible » dans l’esprit… Et surtout, cela fait de nouveaux clients pour Hervé🙂

  5. Hasina

    Hello,

    J’ai échappé de justesse à la lettre de motivation et au bizutage donc!:-))

    Pour ma part, plutôt d’accord pour un mois d’essai et un engagement de 6 mois pour tous.

    C’est sûr que le prix est super attractif (mais non SVP pas d’augmentation! :-)), perso c’est vrai que je n’ai pas vraiment vu l’intérêt du volant avec stockage. Pourquoi pas garder uniquement les 2 formules volant ou fixe.

    Sans doute à un moment donné il faudra définir des critères de sélection et se poser la question de « l’eclau-compatibilité » justement! D’ailleurs suis-je moi-même eclau-compatible??!! On verra dans 6 mois :-))

  6. Stephanie Booth Auteur de l’article

    Bien, 24 heures plus tard, voici l’état de mes réflexions.

    Tout d’abord, que les membres existants ne s’inquiètent pas, je n’ai pas l’intention de changer les termes pour eux. Toute « mesure » ne s’appliquerait donc qu’aux personnes ne s’étant pas encore inscrites.

    Une mesure qu’il me paraît judicieux de mettre en place tout de suite pour les nouveaux membres volants désirant rejoindre l’eclau est d’imposer le paiement par semestre. Je pense aussi qu’offrir aux personnes désirant s’inscrire comme membre fixe la possibilité de faire un mois d’essai (payant) est une bonne idée.

    Je pense aussi qu’à terme, il n’y aura plus qu’une seule formule « membre volant » (et non plus deux).

    Et du coup, tout ça me motive pour créer cette satanée salle de réunion tout bientôt. Je vais mettre les choses en route la semaine prochaine. (Hervé… faudra penser à faire quelque chose avec tes cartons😉.)

  7. Anna

    Bonjour,
    Etant moi-même sur le point de rejoindre de l’Eclau, voilà ce que m’inspirent tes propos (et les commentaires plus haut) à titre personnel:
    L’idée de s’engager pour une période plus longue qu’un mois me semble bonne. Elle est réaliste et, vu que tu proposes des visites préalables et des « journées d’essai », il y aurait un faible risque pour que les nouveaux membres se sentent coincés dans un endroit qui ne leur plaît pas.
    Par contre, je ne suis pas certaine qu’augmenter les prix pour les membres volants irait dans la bonne direction. Les prix sont « sexy », oui. Ils permettent à l’Eclau d’attirer des personnes pour qui travailler dans un bureau « classique » serait exclu car trop cher (à l’exemple de moi-même, étudiante). Et sans en avoir déjà fait l’expérience – je prie donc les Eclaulistes de m’excuser si j’ai tort – je me dis que ça doit être l’une des raisons qui rendent l’Eclau humain: le fait de rencontrer des gens avec des situations de vie très differentes.
    De plus, le fait que chaque personne ne se rende pas, tous les jours, à un même bureau fixe me paraît justement apporter de la vie et une atmosphère moins rigide… non?
    En ce qui concerne la différence entre les deux formules « volantes »: à mon avis, il faut garder la possibilté du stockage, car c’est quand même un point important qui distingue l’Eclau du café à côté de chez moi (entre autres choses, bien sûr, et sans vouloir ignorer le côté réseautage dont tu as parlé dans l’article de 24 heures).
    Mais pour que, justement, l’Eclau ne devienne pas « le café à côté », pour revenir à tes soucis d’origine et pour boucler la boucle: un engagement à plus longterme me semblerait tout à fait adéquat🙂

  8. Stéphanie K.

    S’il ne reste qu’une formule membre volant, je pense que ce serait bien de réfléchir aux affaires que les membres auraient besoin de laisser. Cela ne concerne certes pas tous les métiers, mais cela reste pratique. À ce moment, il serait peut-être bien de supprimer la formule à 100.- et de garder celle à 150.-

    Si les gens n’ont pas besoin de laisser des affaires, ils en auraient quand même la possibilité, et ça peut dépanner.

    Pourquoi ne pas installer des casiers avec cadenas?…

  9. Claude

    Je pense que tu as besoin de trouver une solution pour faciliter la conversion des membres volants en membres fixes. Tu pourrais par exemple offrir un discount aux membres volants qui sont là depuis un certain temps. C’est le seul moyen d’augmenter ton taux de remplissage tout en laissant de la place pour de nouveaux membres.

  10. marco

    Si à l’avenir un seul tarif « membre volant » doit rester, je souhaite qu’il soit celle à 150.- avec casier.

    – le prix plus haut pourrait encourager les membres volants à s’investir plus dans la vie de l’Eclau et au même temps pourrait dissuader les membres fantômes.

    – la necessité de recuperer de temps à autre les objets qui sont dans le casier pourrait encourager les membres volants à passer plus souvent à l’Eclau.

  11. jean-yves

    ben

    130.- pour les volants en classe éco casier avec minimum 4 mois.

    190.- minimum 4 mois. ou 170 payement d’avance 6 mois et 150 engagement 12 mois pour les semi-volants en classe casier.

    commercialement ça se défend bien ??

    C’est sur le temps d’abonnement que faut jouer. Ainsi, les « incrustes à l’année » se sentent pas méprisés. Ne pas trop jouer sur les prix. Mais présenté ainsi, tu suis une courbe croissante temporel et économique stable sur le long terme.

    Mais bon…c’est mon avis…et je peux très bien être mis en boîte avec cette pensée.

  12. Christian DE NEEF

    L’eclau se remplit, c’est une bonne nouvelle! L’eclau est trop plein (pas encore, quand même), c’est un chouette problème! Fréquentent moi-même quelques espaces de coworking (pas à usage personnel, mais en tant que visiteur), je pense que le plus important sont l’esprit et le commitment avec lequel on s’engage dans la démarche. Je veux dire par là que c’est plus qu’un simple partage d’espace et d’imprimantes, c’est une occasion d’échanger des points de vue, de se faire challenger, de s’enrichir mutuellement. C’est pourquoi deux éléments que tu cites ci-dessus me semblent appropriés à l’évolution de l’éclau:
    – un engagement de 6 mois minimum
    – une lettre (conversation) de motivation

    Cela garantit que les nouveaux venants s’engagent en connaissance de cause et que leur démarche est sérieuse.

    @cdn

  13. Ping : Moratoire sur l’accueil de nouveaux membres volants « Eclau: Espace Coworking Lausanne

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s