Archives du mot-clé espace de coworking

Quel genre d’espace coworking est l’eclau?

De retour de la conférence Coworking Europe, j’ai la tête qui fourmille d’idées concernant le coworking. C’était extrêmement intéressant pour moi de pouvoir échanger avec d’autres gestionnaires d’espaces. De comparer nos notes. Et aussi, de voir en quoi l’eclau ressemble ou ne ressemble pas à d’autres espaces coworking.

Par exemple, l’eclau est un très petit espace. 100 mètres carrés, une quinzaine de membres réguliers (et on bat des records, là) — c’est « mini » à côté d’espaces qui friment avec des centaines de membres.

Après, il faut voir ce qu’on appelle un « membre ». Dans certains espaces, on peut être « membre » en payant une cotisation mensuelle de 20-30 CHF, ce qui nous inscrit sur une mailing-liste, mais ne donne pas accès à l’espace physique. Comparez ça au périple menant à l’inscription à l’eclau (et les six mois d’engagement…) — on n’est pas dans le même « business ».

Parlant de business: si environ trois quarts des gestionnaires d’espace coworking sont comme moi, c’est-à-dire qu’ils gagnent leur vie en faisant autre chose, il y en a tout de même un bon quart pour qui l’espace coworking est le gagne-pain. On apprend ça — et plein d’autres choses intéressantes — en consultant les résultats du 2e Global Coworking Survey annuel de Deskmag.

Côté prix, disons-le tout de suite, l’eclau fait figure d’espace extrêmement bon marché pour ce qui est de l’abonnement mensuel. A Paris, on est facilement à passé 300€ par mois (pour une formule « nomade » sans bureau fixe). Allez faire un tour sur Deskwanted pour vous faire une idée des prix. On comprend que certains arrivent à en vivre.

Maintenant, c’est clair qu’au niveau des services, ces espaces « primary business » sont extrêmement actifs niveau animation de la communauté.

Comment se positionne donc l’eclau?

  • un lieu pour travailler et être productif avant tout
  • l’occasion de briser l’isolement du freelance, sans pour autant tomber dans le réseautage effréné
  • prévu pour les indépendants plutôt que les entrepreneurs
  • centré sur des postes mobiles
  • petite communauté
  • pas cher
  • gestionnaire « first wave » (idéaliste-non-commercial)
  • des chats.

Côté animation, l’eclau a vu passer des apéros, des petits déjs, des jelly, et maintenant le lunch mensuel des coworkers (et autres si affinités — les lunchs sont annoncés sur la page Facebook de l’eclau, si jamais). Je crois pouvoir dire qu’on a trouvé un bon équilibre entre « possibilité de bien travailler » et « possibilité de rencontrer des gens sympas/intéressants ».